Un abri à Nippori

Eerie Nippori

Higashi-Nippori 3-chōme Kōen est un parc familier, j’y suis attaché. Plutôt spacieux pour un parc de quartier, il est situé dans un trou noir : les stations les plus proches sont toutes à 10-15 minutes de marche. Terra incognita ? Zone tampon, transition entre Yanesen (qui ressemble de moins en moins à quelque chose, oyster bars et cafés snobs, galeries éclatées) et le continent Minowa, aux attraits inépuisables. Quartier de fabriques, d’entrepôts, d’imprimeries, potentiellement glauque la nuit, East-Nippo est une « zone neutre », pour reprendre l’expression de Modiano (qui manie avec un grand talent le vaporisateur à ambiances urbaines) :

Je me suis souvenu du texte que j’essayais d’écrire quand j’avais connu Louki. Je l’avais intitulé Les Zones Neutres. Il existait à Paris des zones intermédiaires, des no mans lands où l’on était à la lisière de tout, en transit, ou même en suspens. On y jouissait d’une certaine immunité. J’aurais pu les appeler zones franches, mais zones neutres était plus exact. Les zones neutres ont au moins cet avantage : elles ne sont qu’un point de départ et on les quitte, un jour ou l’autre.

(Dans le café de la jeunesse perdue)

Le parc, donc, me plaît – car en plus de pouvoir y disparaître un moment, il est possible d’y lire (nombreux bancs abrités par des arbres, sièges individuels derrière des palissades), d’y jouer (la butte ne désemplit jamais de petits sauvages courant dans tous les sens, en journée), et comme il est pratiqué par beaucoup d’étrangers travaillant dans le quartier (Indiens, Népalais, Chinois, Mongols), le contact est facile, la discussion fréquente. Aucun vigile, aucun stress. Toilettes, poubelle (poo-bell). Toujours de la place, on ne s’y bouscule pas. Pas loin, un conbino Fils de Loi permet d’acquérir houblon fermenté ou autre budôshû. Peu de voitures, d’où calme appréciable.

J’aime y poser un boule les soirs d’été, y lire, bavarder avec des inconnus, ou simplement laisser mes rêveries vagabonder dans les bulles de savon du multivers. Je m’y sens bien, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s