Au haut d’un promontoire discret

Square Nakano, Akebonobashi

Je me demande ce que font les gens dans les parcs, surtout quand ils ne font rien. J’aimerais qu’ils me racontent ce qui se passe dans leur tête. Monsieur, raconte-moi ta tête ! Et qu’ils m’expliquent pourquoi ce parc, pourquoi ce banc, quels agencements y trouvent à se créer. Je suis certain que la forme d’un parc, sa taille, son emplacement, ses équipements, etc., influent sur notre état d’esprit. Ici, c’est simple : le square Nakano (Akebonobashi) me rassérène le corps et l’esprit, me détend, m’amène à prendre du recul et à reprendre des forces pour la marche.

Ce n’est pas une simple métaphore. Un exemple très concret : je n’avais pas de ceinture, et ayant un peu maigri récemment, mon fut’ n’arrêtait pas de tomber, ambiance Godot. J’ai acheté une ceinture à moins d’un euro à la supérette du coin, l’ai enfilée et cloutée dans ce parc, à l’abri des regards. La marche a pu reprendre.

Le square Nakano m’invite à la déconnexion, au plaisir, au repos. Ce qui en fait donc, malgré ses apparences modestes, un parc de poche quasi-idéal (une poubelle en plus, quelques règles bidon en moins et c’était les 5 étoiles au guide Ralouf) !

Ce square émouvant est isolé, d’abord parce qu’il y a peu de raisons d’aller à Akebonobashi, ensuite parce qu’il n’est pas d’un accès forcément évident, on y entre soit par une ruelle, soit par un escalier situé après une pente étroite conduisant à un quartier résidentiel. Il est de ce fait largement ignoré, à part par les habitants du quartier, et encore, c’est loin d’être l’orgie. Double isolement : square en retrait, quartier a priori sans attraits particuliers, peu fréquenté par les piétons, compris voire compressé entre deux quartiers incomparablement plus animés, Shinjuku et Yotsuya. Paradoxalement, c’est tout à son avantage. On pourra toujours y respirer.

À ce sujet, petite digression : je crois qu’à un certain moment, il va falloir réévaluer les quartiers ignorés, voire méprisés : je n’en dis pas trop, mais oui, Minowa est addictif, Koiwa est un rêve de bordel, Kyojima a les courbes les plus excitantes de la ville, Otsuka et Okubo sont des exceptions cosmopolites… De même pour les petites villes à proximité de Tokyo : charme d’Odawara, d’Utsunomiya, de Mito, de Kôfu, et même de Hamamatsu (avec un peu d’imagination, mais comme dirait Marcel, il faut laisser les jolies villes aux gens sans imagination) ! À condition de les aborder selon un certain angle, par exemple : oublier le tourisme à sensation pour faire de la ville un chez soi, explorer le quotidien, l’ordinaire, s’y enfoncer pour, comme Aragon, y puiser le merveilleux (ou autre chose, c’est selon chacun).

Surplombant des rues larges, empruntées par les automobilistes, il permet de s’extraire de la frénésie agressive, mais pas définitivement – comme le rappelle le bruit (très supportable) des voitures – ce qui en fait un excellent refuge temporaire. Le calme au cœur de l’agitation insensée, le retrait, l’oisiveté, la lenteur – et bien sûr la gratuité : voilà ma définition du luxe, en 2022. Parfois, pour faire sécession, il suffit juste de faire un pas de côté et d’aller, par exemple, dans un petit parc de quartier.

Parfait pour les conversations denses, les projets apaisés, la rêverie, la sieste, on peut même y pique-niquer (on signale la présence exceptionnelle d’une table en bois !), y jouer (il y a une drôle de structure métallique bariolée et un toboggan, mais j’ai peur d’y rester coincé donc je m’abstiens), y lire et écrire, tout ça dans une impression agréable de temps suspendu, au haut d’un promontoire discret.

Repères visuels : heu… après l’immeuble gaudien de Von Jour Caux, traversez le pont Akebono, et au carrefour, essayez de voir un combino Seven Eleven : le square est derrière. Sinon, cherchez 仲之公園 sur votre GPS, même si c’est de la triche !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s